Ses mensurations

Nijerez est un vénérable First 30.

Trente pour trente pieds. Dans le milieu assez anglo-saxon du Yachting, on dit She pour les bateaux (anglo-saxon et un brin misogyne…), et on les mesure avec ses pieds ! Il vous suffit donc de prendre votre pied, de le mesurer, droit (quoique ça devrait aussi marcher avec le gauche), et de multiplier cette mesure par 30, et vous obtiendrez la taille de notre bateau.

Vous devriez avoir trouvé 8,75 mètres de long. Sa largeur, ou son maître bau, comme disent les marins, étant de 2,85 mètres. Sous l’eau, ça donne 1,70 mètres de tirant d’eau, et au dessus de l’eau, le mât doit culminer à quelque  chose comme 12 mètres et des brouettes !

Le bébé pèse 3,5 tonnes, quoique un peu plus maintenant que nous l’avons surchargé de nos affaires et autres réserves de nourriture et d’eau. Presque la moitié de ce poids correspond au lest du bateau, de la fonte qui constitue sa quille. C’est elle qui fait contrepoids lorsque le vent gonfle les voiles et fait gîter (pencher) le bateau.

Les voiles justement, il y en a 2 principales, la grand voile, qui mesure environ 17 m², et le génois, un peu plus de 30 m². Dans le dressing, il y a aussi de quoi habiller Nijerez d’une culotte courte, pour les jours de grand vent, avec d’abord un foc de brise (qu’à bord on nomme Foc Vendée Globe), puis une trinquette, plus petite et coupée différemment avec un point d’écoute très haut par rapport au pont, pour laisser passer les paquets de mer dessous notamment. Et enfin un tourmentin, une petite voile de tempête, qu’on espère ne jamais utiliser ! Et enfin, il y a la robe de mariage, la plus belle parure du bateau, le spinnaker ! Une grand voile colorée et qui prend une forme très arrondie quand elle se gonfle, en hauteur. C’est une voile beaucoup plus grande que le génois encore, elle mesure près de 70m², et nous l’utilisons quand une gentille brise de l’arrière nous cueille !

Bien entendu, nous utilisons régulièrement le bouzingue, notre moteur de 14 chevaux qui nous permet notamment de manoeuvrer facilement dans les ports, maiiiiis aussi parfois de traverser le Golfe de Gascogne (vous n’êtes pas obligés de répéter ça dans tous les ports !).

D’ailleurs, vous croiserez sans doute des First 30 dans d’autres ports, puisque ce modèle a été construit à pas moins de 1100 exemplaires, ce qui pour un bateau représente un nombre assez important. Le nôtre est le 719ème de la série, construit en 1981.

 

 

Publicités